Actu-Green

La production de biogaz: une clé pour la gestion des déchets organiques en Afrique/ cas d’Abidjan, Côte d’Ivoire

(AfriqueCroissanceVerte) Aujourd’hui, Abidjan (Côte d’Ivoire) est la ville la plus peuplée de l’Afrique de l’Ouest francophone (plus de 6 millions d’habitants) avec une croissance continuelle marquée par une forte urbanisation amplifiée par ailleurs par les récents évènements politico-militaires.

Un plan d’ensemble pour la collecte et l’élimination des déchets solides à Abidjan  existe, mais il n’a pas été adopté.

Une seule véritable décharge, celle d’AKOUEDO, reçoit la majorité des ordures de la ville.

L’usine de compost de HUMICI, mis en service depuis 1971 et  qui avait vocation à recycler une partie des ordures à une capacité maximale  de 15000T/an a fermé en 1982 pour des raisons tenant à des difficultés de commercialisation d’un compost de qualité médiocre.

Le biogaz est un gaz produit par fermentation de la matière organique en l’absence d’oxygène.

On parle également de ”méthanisation” car ce biogaz est composé principalement de méthane.

Combustible, il constitue une source d’énergie renouvelable.

La fermentation relative au méthane est  un processus biologique qui contribue à la dégradation des matières organiques mortes en éléments simples gazeux et minéraux. L’un des processus anaérobie, celui qui nous intéresse, est la fermentation qui aboutit à la formation de “ biogaz ”, un gaz combustible.

On distingue deux étapes essentiellement:

L’hydrolyse par laquelle les macromolécules sont décomposées en produits plus simples, il s’agit d’une liquéfaction ou d’une gazéification avec transformation des molécules en acides gras, en sels ou même en gaz.

La deuxième est la transformation de ses acides, sels ou gaz en méthane.

Les études menées par le bureau canadien Roche en 1986, montrent que quelque soit la classe à la quelle appartient les habitants de l’agglomération d’Abidjan, ils produisent environ 80% de déchets organiques donc capables de produire du biogaz et de l’engrais.

Des installations peuvent être  adaptées aux capacités techniques des pays du tiers monde, entendu que les digesteurs sont généralement des cuves enterrés à couvercle étanche.

La production de biogaz  à partir des ordures ménagères présente plusieurs avantages :

– la lutte contre l’insalubrité

– La réduction d’un gaz à effet de serre (le méthane) bien plus puissant que le CO2.

– la production d’engrais

– intérêt macro-économique

Des études menées au Burundi permettent d’affirmer qu’actuellement, les économies de pétrole et de bois suscitées par les installations de bio méthanisation ne sont pas encore ressenties au niveau national car leur nombre est encore trop faible.

Cependant, si l’on extrapole des cas précis, on constate qu’on pourrait économiser jusqu’à 69% des importations annuelles de pétrole et 11 440 tonnes de bois, soit 1991 ha de forêt.

A Abidjan, s’il est vrai que l’on assiste à un développement concomitant de la démographie et de l’économie ayant pour conséquence l’accroissement de la quantité des déchets, il n’en demeure pas moins vrai que les autorités chargées de la gestion de ces ordures sont totalement débordées.

C’est pourquoi, des installations simples de biométhanisation permettraient de valoriser la plupart des déchets par la production de biogaz et d’engrais pouvant être utilisé pour l’horticulture périurbaine.

Christophe Gbossou

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :