Actu-Green

Autosuffisance alimentaire : 5 barrières réglementaires à lever en Afrique

« Les pauvres dans les bidonvilles de Nairobi payent plus cher pour leur maïs, leur riz et d’autres produits alimentaires de base que les personnes aisées dans les supermarchés locaux. » | Crédits Photo : Siegfried Modola/IRIN - Déjeuner à Nairobi

(AfriqueCroissanceVerte) L’Afrique, qui abrite 60% des terres arables non cultivées dans le monde, doit encore importer une grande partie de sa nourriture pour subvenir aux besoins de sa population en croissance rapide. La suppression des barrières réglementaires est nécessaire pour que l’Afrique atteigne son plein potentiel dans le commerce alimentaire de la région.

La dépendance de l’Afrique aux importations de produits alimentaires n’est clairement pas un processus viable sur le long terme et n’est certainement pas nécessaire. Selon un récent rapport de la Banque mondiale intitulé « L’Afrique peut contribuer à se nourrir elle-même : Supprimer les obstacles au commerce régional des produits alimentaires de base », l’Afrique peut produire suffisamment de denrées alimentaires pour nourrir le continent et éviter de futures crises alimentaires en éliminant les restrictions transfrontalières au commerce alimentaire dans la région. En outre, la Banque mondiale estime que le continent serait capable de générer un supplément de 20 milliards de dollars par année par la suite.

Le rapport a identifié les obstacles suivants qui doivent être pris en compte.

1. LEVER LA LIMITATION DES ACCÈS AUX SEMENCES ET HARMONISER LES SPÉCIFICATIONS AU NIVEAU RÉGIONAL

Selon le rapport, barrières commerciales limitent l’accès aux semences à haut rendement et aux engrais de qualité supérieure qui sont disponibles ailleurs dans le monde. Cela peut prendre deux à trois ans pour que de nouvelles variétés de semences se développent dans les pays africains. « Alors que de nouvelles variétés sont introduites à un rythme plus rapide, l’Afrique prend de plus en plus de retard concernant l’utilisation de semences modernes, ce qui rend difficile de rivaliser avec les importations en provenance du marché mondial ».

La recherche de la Banque mondiale estime que l’utilisation du maïs hybride amélioré pourrait quadrupler la productivité en Éthiopie et, même si seulement la moitié des agriculteurs d’Ethiopie atteint cette productivité à partir de graines hybrides, il y aurait suffisamment de production nationale pour remplacer les importations commerciales. « Mais sans réglementation claire, les graines peuvent être retenues aux frontières pendant de longues périodes, les rendant souvent inutiles ».

L’accès aux engrais soumet le même problème, en particulier dans les pays enclavés où les agriculteurs sont confrontés au coût élevé des engrais. « Une partie des raison pour lesquelles les marchés des engrais régionaux n’ont pas émergé est que le plus souvent chaque pays établit sa propre spécification de mélange d’engrais et de produits spécialisés », explique le rapport. « Par conséquent, les engrais ne peuvent pas être transportés librement d’un pays à l’autre ».

Les pays doivent donc importer des engrais sur le marché mondial et, en tant qu’acheteurs de quantités réduites, ils payent plus cher que les importateurs en vrac. Selon le rapport, la solution à cela réside dans des importations régionales avec une harmonisation des spécifications communes des engrais.

2. LUTTER CONTRE LE MANQUE DE CLARTÉ ET LE CARACTÈRE IMPRÉVISIBLE DES POLITIQUES COMMERCIALES

Les interdictions d’exportation et d’importations, les quotas et les droits de douane variables, les règles d’origine restrictives et les contrôles des prix sont souvent fixés sans transparence, et sont mal communiqués aux commerçants et aux fonctionnaires aux frontières, selon la Banque mondiale. Cela soulève le problème du coût du commerce, crée une incertitude sur les conditions du marché, limite le commerce transfrontalier et décourage le secteur privé à investir dans la productivité.

« Cela demande une discussion plus ouverte sur les politiques commerciales avant leurs mises en œuvre, avec une évaluation attentive des coûts et avantages, ainsi que des processus plus inclusifs pour la définition de normes visant à assurer la cohérence avec les besoins des consommateurs et les capacités de production », a indiqué la Banque mondiale.

3. SÉCURISER LA TRAVERSÉE DES FRONTIÈRES QUI RESTE COÛTEUSE ET DANGEREUSE

Des centaines de milliers d’Africains traversent quotidiennement les frontières du continent pour offrir des aliments de base. Le rapport indique que ces commerçants transfrontaliers, qui sont surtout des femmes, souffrent régulièrement de harcèlement et doivent souvent payer des pots de vin.

« La réduction du nombre de postes et d’agents à la frontière et l’accroissement la transparence avec une meilleure prévisibilité de son régime politique sont des éléments cruciaux pour créer un environnement dans lequel les commerçants s’épanouissent et développent leur entreprise ».

4. FAIRE BAISSER LES COÛTS DE TRANSPORT EN AFRIQUE

Les coûts de transport élevés, en particulier pour les petits agriculteurs, sont un obstacle majeur pour le commerce alimentaire transfrontalier. Alors que les infrastructures de transport, notamment les routes, doivent être développées et améliorées. L’urgence réelle réside dans la mise au point d’une réforme réglementaire visant à fournir des services de transport plus modernes et compétitifs.

Le rapport de la Banque mondiale laisse entendre que les pays, notamment en Afrique de l’Ouest, pourraient diviser par deux leurs coûts de transport en l’espace de 10 ans s’ils réforment leurs politiques afin de relancer la concurrence au sein de la région.

« Les estimations suggèrent que la réforme qui offre une plus grande concurrence pourrait réduire le coût du transport agrafes Afrique de l’Ouest de 50% en 10 ans. (…) Une autre étude conclut qu’une réduction de 50% des coûts de transport au Mozambique augmenterait le PIB réel agricole de 7% et également une augmentation du PIB agricole au Malawi de 3% ».

5. RENFORCER L’EFFICACITÉ DES RÉSEAUX DE DISTRIBUTION DE PRODUITS ALIMENTAIRES

« Les pauvres dans les bidonvilles de Nairobi payent plus cher pour leur maïs, leur riz et d’autres produits alimentaires de base que les personnes aisées dans les supermarchés locaux. », a révélé la Banque mondiale. « Cela montre l’importance du secteur de la distribution, et que dans de nombreux pays, le secteur ne relie pas les agriculteurs et les consommateurs les plus pauvres ».

Les réseaux de distribution alimentaire dans de nombreux pays, ne parviennent pas à profiter aux agriculteurs pauvres et encore moins aux consommateurs pauvres. Il est nécessaire de les organiser davantage pour aider les opérateurs informels à participer à l’évolution de la distribution, selon le rapport.

Des réformes sont également nécessaires pour fournir des cadres réglementaires aux services de distribution modernes. Par exemple, l’absence de règles d’octroi de licences et d’exploitation pour les entreprises de distribution crée de l’incertitude et pèse sur les entreprises cherchant à faire des affaires dans le secteur de la distribution officielle.

« L’amélioration des cadres réglementaires devraient éliminer les exigences d’entrée disproportionnées, comme les procédures d’enregistrement longues, les licences multiples, ou l’insuffisance des règlements de zonage », a ajouté le rapport. « En outre, le contrôle des prix dans toute la région et les cartels présents dans plusieurs pays africains entravent la concurrence ».

« La principale difficulté pour le continent est de savoir comment créer un environnement concurrentiel dans lequel les pouvoirs publics adoptent des politiques crédibles et stables qui encouragent les investisseurs privés et les entreprises à dynamiser la production alimentaire dans la région de sorte que les agriculteurs puissent obtenir les capitaux, les semences et les machines dont ils ont besoin pour devenir plus efficients et pour que les familles puissent avoir accès à des produits alimentaires de bonne qualité dans des quantités suffisantes et au juste prix » a déclaré Paul Brenton, économiste principal pour l’Afrique à la Banque mondiale et principal auteur du rapport.

En résumé, le nouveau rapport suggère que si les dirigeants du continent peuvent soutenir une redynamisation du commerce interrégional, les exploitants agricoles africains – qui sont en majorité des femmes – pourraient répondre à la demande croissante du continent et profiter d’une opportunité de croissance majeure. Cela créerait aussi plus d’emplois dans les services, tels que la distribution, tout en réduisant la pauvreté et en diminuant les importations – onéreuses – de produits alimentaires. La production par l’Afrique de produits alimentaires de base représente au moins 50 milliards de dollars par an.

Pour aller plus loin, télécharger l’intégralité du rapport L’Afrique peut contribuer à se nourrir elle-même (en Anglais) 

Auteur: Bernard Milot

Source (Site Partenaire): http://www.nextafrique.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :